L’accentuation de la dégressivité des allocations de chômage est une des réformes emblématiques du gouvernement sortant. Ce type de réforme était par ailleurs recommandé par la Commission européenne. On attend de ce type de réforme une amélioration des incitations à revenir sur le marché du travail. Ses contradicteurs indiquent que dans le contexte de crise, elle aura surtout pour effet d’augmenter le taux de pauvreté. Comment peut-on évaluer cette réforme, tant en efficacité (réductions des pièges à l’emploi) qu’en équité (impact sur la distribution des revenus) ? Et plus globalement, que sait-on de l’impact des politiques visant à encourager le retour sur le marché du travail ?